©

Le Lagopède alpin

Extrait : Découvrir le patrimoine naturel de Termignon-la-Vanoise, PNV, p154, 2006.
 

Appelé aussi “perdrix des neiges”, le lagopède alpin (Lagopus mutus) appartient à la famille des tétraonidés comprenant également le tétras-lyre (Tetrao tetrix) et la gélinotte des bois (Bonasa bonasia).

Les couleurs de plumage et les milieux de vie occupés respectivement par chacune de ces espèces permettent aisément de les reconnaître. Le lagopède alpin a la silhouette d'un petit tétras à la queue courte, dont le plumage varie annuellement au cours de quatre mues pour adopter trois formes différentes : un plumage sombre d'été, un plumage blanc d'hiver et un plumage bariolé d'intersaison.

Écologie

Le lagopède alpin évolue dans les milieux ouverts de l'étage alpin et de l'étage nival : pelouses rocailleuses, landes, éboulis, lapiaz ou crêtes rocheuses. Dans ce milieu hostile l'oiseau s'accommode parfaitement de conditions sommaires : une nourriture à base de matière ligneuse fournie par la végétation rase, enrichie à la belle saison de fruits, de fleurs, de feuilles et d'invertébrés terrestres (pour les poussins), et des sites de nidification construits à même le sol. Le nid est en effet une dépression peu profonde, au sein d'un îlot de plantes hautes ou sous un arbrisseau rampant, le plus souvent située contre un rocher.
En période de reproduction, de mai à août, la femelle évolue dans une  végétation plus haute où les jeunes pourront se cacher, et trouver leur nourriture d'origine strictement animale (escargots, insectes, etc).
Pour vivre dans cet univers, l'espèce a développé plusieurs adaptions. La plus remarquable est le mimétisme qui s'accompagne d'un changement de plumage au fur et à mesure des saisons. Faisant confiance à ce plumage, face à un danger l'oiseau va préférer l'immobilité, avant de prendre la fuite. C'est pourquoi le lagopède est un oiseau facile à observer, mais aussi très sensible à la chasse.

Intérêts biologiques et valeurs d'usage

Le lagopède alpin est un oiseau nicheur sédentaire dans les Alpes, également présent dans les Pyrénées, en Ecosse, Scandinavie, Islande, Amérique du Nord et Asie. Originellement attachée à la toundra, cette espèce est considérée comme une relique glaciaire en France dont la population en 2000 est estimée de 7000 à 10000 couples nicheurs. En Savoie les plus grosses populations occupent les massifs du Beaufortain et de la Vanoise. En 2000, la population du lagopède alpin dans le massif de la Vanoise a été estimée à 1800 couples.

Menaces

Depuis 1997, les effectifs de lagopède alpin en Savoie traduisent une certaine stabilité des populations. Cependant au cours de la deuxième moitié du XXème siècle l'espèce a subi les conséquences de nombreuses activités humaines. Depuis 1964 son aire de répartition dans les Alpes françaises a régressé de 7%. Ainsi les aménagements de tourisme hivernal peuvent entraîner la destruction de son milieu de vie, l'apparition de câbles meurtriers (collision), ou encore une augmentation de la pression de chasse, facilitée par la présence de pistes carrossables. D'autres pratiques touristiques sont sources de dérangement à différentes périodes du cycle de vie de l'oiseau. Il s'agit du ski hors piste et de la raquette au cours du repos hivernal, ainsi que de la randonnée pédestre et du pâturage intensif au cours de la période de reproduction.
Parallèlement à ces menaces, le lagopède est l'une des espèces les plus sensibles au réchauffement climatique. En cherchant à se  réfugier dans les zones les plus froides, donc les plus élevées. En s'isolant ainsi, les populations risquent l'affaiblissement.

Protection et propositions de gestion

Le lagopède alpin est une espèce chassable en France et en Savoie. Mais pour la communauté européenne, la conservation de ses habitats est une action prioritaire. Il est inscrit à l’annexe I de la directive Oiseaux. Un programme national d'étude est mené en deux localités des Alpes et une des Pyrénées, afin de mieux connaître l'écologie et le comportement de cette espèce.
La sensibilisation du public à cette espèce est une action à mener à long terme. Des préconisations pour le pâturage sur les zones de nidification, l'application de dates d'ouverture de chasse compatibles avec le cycle de reproduction du lagopède, sont des pistes pour une bonne gestion de cette espèce.

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

  • Le nom de lagopède provient du terme grec lagopus qui signifie “patte de lièvre” et fait allusion aux plumes qui couvrent les pattes de ces oiseaux. Ces pattes très fortement emplumées remplissent une véritable fonction de raquettes en hiver.
  • Mutus, le nom d’espèce en latin du lagopède alpin, ne signifie pas que ce dernier est muet. Ce nom a été donné par erreur, à la place de Mutans qui signifie muant.
  • Le changement de couleur des plumes du lagopède alpin est commandé par certaines hormones, lesquelles sont elles-mêmes sous l'influence de facteurs environnementaux comme la température et surtout, la durée du jour.
 

Où se trouve-cette espèce en Savoie ?

 

Actualités

Zoom sur une espèce,

Le Lagopède alpin (Lagopus mutus)

Cette année...

Bilan des prospections dans l'Avant-pays savoyard
En savoir plus...

Participer aux programmes nationaux de l'OPIE et de SPIPOLL

Prochains rendez-vous

Découvrez les sorties :