©

Baromètre de la nature

Mise à jour du baromètre
de la nature

des Pays de Savoie

Avril 2011

Lire...
Baromètre 2011.pdf
Extrait de l'interview à Xavier GAYTE, directeur du CPNS et à Christian SCHWOEHRER, directeur d'Asters.

Pourquoi cette deuxième édition du baromètre de la nature dans les Pays de Savoie ?
X. G. : En 2009, le baromètre nous avait permis de rendre lisibles les enjeux de préservation de la biodiversité des Pays de Savoie autour de 13 chiffres clefs. Il s’agissait de les actualiser ou de les enrichir cette année par d’autres données.
C. S. : Il est évident que les Pays de Savoie sont la bonne échelle pour se comparer aux Alpes (voir tableau ci-dessous) ou à la France. Comprendre qu’il y a deux fois plus de pelouses d’altitude dans les deux Savoie que dans les Alpes ou autant de zones humides qu’au niveau national, c’est important pour savoir de quoi l’on parle.

Quels enseignements tirez-vous pour 2011 ?
X. G. : Le professionnalisme des acteurs de la préservation du patrimoine naturel (associations, parcs, fédérations, autres conservatoires…) assure d’avoir des chiffres pertinents et homogènes sur les deux départements. Ce savoir-faire et la dynamique initiée par les conservatoires d’espaces naturels permettent de réaliser ce baromètre et d’avoir une vision globale en termes d’espèces, de milieux, d’activités.
C. S. : La nécessité de faire progresser la connaissance : à chaque baromètre, on se rend compte qu’il reste du travail. Des groupes d’espèces (invertébrés) ou la qualité de certains milieux (prairies naturelles) sont finalement peu connus. La synergie entre acteurs de la préservation de la biodiversité est, de ce point de vue, essentielle.

Pourquoi le premier baromètre
de la nature ?

Septembre 2009

 

Lire...
Baromètre 2009.pdf

Plusieurs raisons peuvent justifier cette réalisation. En premier lieu, la prise de conscience de l’érosion de la biodiversité au niveau mondial est réelle. En revanche, son appropriation à une échelle « de proximité », comme un département, n’est pas encore effective. Un des objectifs de ce baromètre est de conférer une meilleure lisibilité de l’état des lieux de la biodiversité à l’échelle locale. Ensuite, la capacité des acteurs locaux de recenser les éléments du patrimoine naturel et de les mettre en commun est assez nouvelle. La professionnalisation de ces métiers et des structures « environnementales » permet maintenant cet exercice difficilement envisageable il y a quelques années.

 

Actualités

Cette année...

Participer aux programmes nationaux de l'OPIE et de SPIPOLL
ou au programme de recherche participative CiTIQUE.

Prochains rendez-vous

Découvrez les sorties :